top of page
  • sitewebodelpa

Lancement de l’atelier de formation des moniteurs et des coordonnateurs de la SDC 


À l’initiative de la surveillance dirigée par la communauté (SDC), un atelier de formation de 4 jours, axé sur la tuberculose, la malaria et les VGB, est lancée ce mardi 11 juin 2024. Cette séance de formation a pour but d’outiller les nouvelles équipes formées de 42 bénéficiaires, dont 14 coordonnateurs et de 28 moniteurs de zones. Ces derniers auront à monitorer les sites de prises en charge liés à ces pathologies dans les jours qui viennent. La séance de formation se déroule au local de l'Organisation de Développement et de Lutte contre la Pauvreté (ODELPA), à Delmas. Présents à ce lancement : la Coordonnatrice de la SDC, Soeurette POLICAR ; la Présidente de l’ODELPA, Mme Ficeline RATEAU ; le Président du Forum de la Société Civile, Dr Fritz MOISE ; Dr Eva Marly STEIDE, les membres du Groupe Communautaire Consultatif (GCC), les leaders d'Organisations du Forum de la société civile, les représentants du Programme National de Lutte contre la Tuberculose (PNLT), entre autres.



À la genèse de la journée, les participants ont passé un pré-test ce qui permettra de tester leur niveau de connaissance par rapport aux différentes thématiques qui seront traitées au cours de la semaine. Ensuite, les propos officiels ont été prononcés par les différentes personnalités en présentiels et en virtuels.


La tuberculose, une maladie infectieuse bactérienne


« Le germe de la tuberculose peut vivre jusqu’à un an dépendamment du milieu où il se trouve.  C’est pourquoi il est conseillé d’ouvrir les fenêtres et les portes de vos maisons tous les matins, pour laisser pénétrer l’air frais. Les rayons ultraviolets du soleil tuent la bactérie » a clamé le Coordonnateur du Programme National de Lutte contre la Tuberculose, Dr Richard MILO.


La tuberculose est une maladie infectieuse bactérienne qui provoque, à terme, une infection des poumons, d'autres tissus et parties du corps comme le cœur, les ganglions, les os, pour ne citer que ceux-là. Après le paludisme et le VIH, l'une des maladies infectieuses les plus courantes au monde. Selon les estimations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), environ deux milliards de personnes sont infectées par cet agent pathogène.




Dans une ambiance conviviale, le personnel de la santé a animé la première thématique de la journée. Il a présenté la tuberculose à travers ses manifestations, ses signes et symptômes, ses méthodes de prévention et de prise en charge. Dr MILO a insisté sur le fait que la maladie est très dangereuse et mortelle surtout pour les personnes dont le système immunitaire est affaibli et qui souffrent de malnutrition. Il a fait savoir qu’une personne ayant pris contact avec un tuberculeux risque d’attraper l’infection à partir des gouttelettes lors des prises de parole ou des éternuements de ce dernier. « Ceux qui vivent dans des zones où il est difficile de se nourrir et où il manque d’infrastructures sont particulièrement touchées par la tuberculose. C'est vrai que les agents pathogènes s'attaquent habituellement aux poumons mais ils peuvent s’en prendre aussi à d’autres organes internes. Il est à noter que seuls les tuberculeux pulmonaires peuvent transmettre la maladie à d’autres personnes », a-t-il expliqué.


Symptômes de la maladie


Les symptômes typiques de la tuberculose sont une perte de poids non désirée, une toux et une respiration douloureuse, une fièvre vespérale par intermittence entre autres. Dans un stade plus grave, la personne affectée crache du sang. Lorsque tous les organes sont atteints, il n’y a plus de chance de survie pour ce malade.


« L’élimination de la TB comme problème de santé publique en Haïti nécessite l’appui et la contribution de tous afin de déboucher sur une Haïti sans TB »,  a conseillé Dr Milo pour conclure.

 

Le paludisme, un tueur lent


La journée s’est enchainée avec l’intervention du Docteur Marc-Aurèle TELFORT, coordonnateur du Programme National de Lutte contre la Malaria (PNLM). Ce dernier a fait le point autour du paludisme, une maladie considérée comme un tueur lent. Selon ses explications, il a fait comprendre qu’une personne peut vivre avec la malaria sans présenter aucuns signes et symptômes. Elle peut même perdre sa vie à cause des complications liées à cette maladie. « L’homme est le principal réservoir de la malaria, la meilleure prévention pour éliminer cette maladie dans une zone consiste à traiter les personnes infectées » a-t-il déclaré.


Cette première journée était chargée. Elle s’est bouclée avec la présentation de Mirlanda LINDOR, représentante de la FOSREF. Dans son intervention, elle a mis accent sur la violence basée sur le genre, ses différentes formes et ses principales conséquences dans la société.


Marc-Kerley FONTAL

 

20 vues0 commentaire

Yorumlar


Qui sommes-nous?

L'Observatoire communautaire sur les services VIH en Haïti (OCSEVIH), créé le 10 décembre 2020, est un projet financé par le PEPFAR et le Fond Mondial. Il est mis en œuvre suivant une approche basée sur le Community Led Monitoring (CLM) en anglais ou la Surveillance dirigée par la communauté (SDC) en français.

En effet, à travers la SDC, l’OCSEVIH se concentre sur la collecte de données quantitatives et qualitatives par le biais de diverses méthodes qui révèlent les idées des communautés sur les problèmes de qualité des services de santé aux niveaux de l'établissement, de la communauté, sous-national et national.

En termes d’objectif, l’OCSEVIH vise à donner aux communautés les moyens de surveiller la qualité de la prestation de services liés au VIH/sida et de résoudre les problèmes identifiés. Avec la SDC, l’OCSEVIH dispose d’une stratégie indispensable pour améliorer la riposte au VIH/SIDA en Haïti et permettre à toutes les personnes vivant avec le VIH de vivre une vie saine et digne.

Lire la suite

bottom of page