top of page
  • sitewebodelpa

Les pères, à l'honneur à L'ODELPA


En prélude de la fête des pères, l'Organisation de Développement et de Lutte contre la Pauvreté (ODELPA) a organisé le samedi 29 juin 2024, sa 5eme édition de foire médicale, en l'honneur de plus d’une cinquantaine de pères issus de la zone métropolitaine de Port-au-Prince. Cette activité s’est déroulée autour du thème : « Yon papa en sante se yon avantage anplis pou fanmi an », au local de l’institution, à Delmas. Elle avait pour objectif d'offrir à ces papas une journée de consultation et de sensibilisation sur diverses thématiques comme la tuberculose, le VIH, les VBG, et autres. Aussi pourront-ils repartir avec un kit alimentaire, distribué pour la circonstance.


A l’instar d'un hôpital de campagne, le local d’ODELPA s’est transformé en diverses salles de soin. On peut compter deux salles de consultation, une salle d’attente, une pharmacie, entre autres. Il était 8 heures du matin, une quarantaine de pères étaient déjà sur les lieux pour bénéficier des différents services offerts.



« La fête des pères est un peu négligé en Haïti. A l’ODELPA, nous voulons les honorer et aussi montrer leur importance. Nous avons fini par nous rendre compte s’il y a de mères, il y a aussi des pères. Et nous savons qu’un père en santé est un avantage pour la famille. La santé du père et de la mère contribue à l’équilibre familiale », a déclaré la directrice exécutive de l’ODELPA, Sœurette POLICAR.


« Selon les statistiques, les hommes n’aiment pas aller à l’hôpital. Suivre un processus médical, n’est pas leur point fort. Pour eux, cela nécessite trop de temps. Pour cette occasion, nous les offrons une consultation générale mais un accent particulier est porté sur les maladies les plus répandues chez les hommes comme le cancer de la prostate. Ils seront aussi dépistés sur le VIH », a-t-elle poursuivi.


Sensibiliser pour prévenir



Une partie de cette journée était réservée à une séance de sensibilisation sur le VIH, les droits humains, la tuberculose, la VGB, entre autres. Elle était assurée par l’assistante officière de communication de l’ODELPA, Esperancia Jean Noel. Pour créer de l’ambiance, Mme Jean Noel, a utilisé la méthode participative. Elle a beaucoup insisté sur la tuberculose, ses modes de transmission et ses moyens de prévention.


« La tuberculose est une maladie contagieuse et infectieuse causée par un agent pathogène nommé bacille de koch. Cette pathologie peut toucher plusieurs parties de votre corps : le cœur, le cerveau, et autres, mais elle est beaucoup plus fragile lorsque les poumons de la personne sont infectés. La tuberculose se transmet seulement par voie aérienne. C’est-à-dire à travers les gouttelettes propulsées lors des prises de paroles ou d’un éternuement par un patient TB », a fait savoir Mme Jean Noel.


Elle a enchainé avec les symptômes liés à cette pathologie : « Une personne infectée par la tuberculose présente une toux persistante pouvant durer plus de deux semaines. Elle s'accompagne parfois de sang. Elle peut aussi ressentir des douleurs thoraciques, une fatigue, une perte de poids et d’appétit, des frissons, entre autres ».

Selon les explications fournies par Mme Jean Noel, la tuberculose peut conduire à la mort, si les prises en charge ne se font pas à temps. Cependant, il existe divers moyens de se protéger contre celle-ci. Dans certains pays comme Haïti, dès la naissance, on administre le vaccin BCG aux nouveau-nés et aux jeunes enfants à titre de prévention. Pour les adultes, il y a des mesures préventionnelles comme, se laver les mains fréquemment ; porter des masques lorsqu’on se rend dans des endroits populeux comme les marchés publiques, les hôpitaux. Il s’avère aussi qu’ouvrir les portes et les fenêtres des maisons pour laisser pénétrer les rayons ultraviolets du soleil contribuent à l’élimination des germes de cette maladie.

Quel est le bilan ?


« Contrairement aux années précédentes, pour cette édition, les pères ont répondu en grand nombre à l’appel. Ils sont de tout âge. Nous avons reçu des cas de grippe, de douleur gastrique, et autres. Des pathologies comme les céphalées, l’hypertension artérielle et les infections urinaires étaient les plus observées cette année. La situation insécuritaire que connait le pays ces dernières années n’est pas sans conséquence sur la santé de la population », a déclaré Dr Jasmine Jean Louis, médecin généraliste.

Et de poursuivre : « nous les avons prescrits des médicaments qu’ils ont reçus gratuitement. En ce qui a trait aux cas les plus compliqués, nous les encourageons à continuer le suivi médical. Je les conseille également à utiliser des préservatifs lors des rapports sexuels afin de se protéger contre les infections sexuellement transmissibles (IST). »


Impression des bénéficiaires


« Je suis heureux de prendre part à cette activité. Je félicite l’ODELPA pour avoir pris une telle initiative de réaliser cet événement en l'honneur des pères. Chaque année, seulement les mères sont honorées. On nous a complètement oublié. Penser à nous en cette occasion spéciale est un geste assez louable », a fait savoir Wedmayeur Sylvain, un bénéficiaire. Avec un air joyeux, le jeune père se dit satisfait : « je suis à ma première participation mais je n'ai pas à me plaindre. De la barrière à la salle de consultation, l’accueil a été plus que chaleureux. Jai reçu des médicaments et je vais rentrer chez moi avec un kit alimentaire. »


Dieucelome TREZIL, un autre bénéficiaire, a abondé dans le même sens que Sylvain. « Tous les ans, les mères sont toujours au devant de la scène, les pères sont très négligés. Or les mères ne pourraient pas exister sans nous. Pour une famille équilibrée, il faut impérativement la présence d'un père responsable », reconnait-il. « Je souhaite que cette activité puisse prendre de l’ampleur, en vue d’une plus large participation. J’exprime ma profonde gratitude envers L'ODELPA pour cette entreprise », a-t-il conclu.

Cette foire médicale a été plus qu’une réussite, à en croire les responsables de l’ODELPA.

16 vues0 commentaire

Comments


Qui sommes-nous?

L'Observatoire communautaire sur les services VIH en Haïti (OCSEVIH), créé le 10 décembre 2020, est un projet financé par le PEPFAR et le Fond Mondial. Il est mis en œuvre suivant une approche basée sur le Community Led Monitoring (CLM) en anglais ou la Surveillance dirigée par la communauté (SDC) en français.

En effet, à travers la SDC, l’OCSEVIH se concentre sur la collecte de données quantitatives et qualitatives par le biais de diverses méthodes qui révèlent les idées des communautés sur les problèmes de qualité des services de santé aux niveaux de l'établissement, de la communauté, sous-national et national.

En termes d’objectif, l’OCSEVIH vise à donner aux communautés les moyens de surveiller la qualité de la prestation de services liés au VIH/sida et de résoudre les problèmes identifiés. Avec la SDC, l’OCSEVIH dispose d’une stratégie indispensable pour améliorer la riposte au VIH/SIDA en Haïti et permettre à toutes les personnes vivant avec le VIH de vivre une vie saine et digne.

Lire la suite

bottom of page